Lynnsha s’essouffle et s’inspire il faut l’insuffler

Entre le « Tu m’en veux » d’NJIE et le « Ne m’en veux pas » de Lynnsha ; nos cœurs balancent. Le dernier morceau de Lynnsha trace déjà sur la route des tubes, mais il y a comme des légères similitudes avec l’ « Amazing » de Ludy ; vous savez l’animatrice radio d’NRJ qui nous emmenait chalouper sur son hors bord. La construction mélodique de « Ne m’en veux pas » est similaire à celle de Ludy « Amazing », les oreilles musicales se mettent en alerte en entendant les premières notes du morceau. Quand on a écouté Ludy au préalable, on comprend pourquoi on aime le dernier Lynnsha.

A préciser, « Amazing » a été révélé en juillet 2010 et « Ne m’en veux pas » fin 2011.

Les premières notes sonores : en arrière son en préambule de la mélodie, on aperçoit le sifflement d’oiseaux dans les deux morceaux comme une empreinte du producteur mais erreur, les deux chanteuses n’ont pas le même. Bref, le début est le même.

Les premières notes des couplets :

Lynnsha : « J’ai mal du vide que tu me laisseras … je ressens déjà le vertige… »

Ludy : « Je vis toujours à 200 à l’heure …je ne rentre pas dans les grâces des gens»

On entend comme un lourd souffle d’inspiration (pour ne pas dire plagia) sur Ludy !

De même, les petits sons qui tambourinent sur les couplets de la martiniquaise rappellent fortement les tintements de Still Pan des refrains d’Amazing que Ludy empreinte elle-même à Gyptian (Hold you). Vous suivez toujours ?

Le clip même nous fait penser à celui de la guyanaise. On va chercher un sexy dude tatoué (bizarrement sur le même bras) un peu musclé mais pas trop. On va faire une petite promenade sur la plage les chaussures en mains, et sans doute par faute de moyens ; quand Ludy multiplie les scènes entre villa jacuzzi, partie de golf et sortie en bateau, Lynnsha préfère danser sous l’abri d’une cabine téléphonique ou sur un deck. Pareil, là où Ludy nous donne un bridge qui a du sens, Lynnsha se contente de deux phrases qu’elle ‘bisse’ avant de relancer le rythme et de terminer son morceau à 3minutes 10 et non pas à 4minutes 30. Il ne manque plus que le maillot à voilage et la ‘dance party’ au planteur.

Et puis au passage, on avait déjà vu Lynnsha dans une eau huilée les mains sur la poitrine dans « J’veux que tu me mentes ». Il serait temps de changer de style ! Enfin Lynnsha !!! Vous nous avez habitués autre chose. On dira que c’était un hommage.

Visiblement, pour son retour sur scène la chanteuse de R&B n’a pas épuisé ses méninges ; mais quand on copie, il faut avoir les moyens de ses ambitions. Attendons d’écouter le reste de l’album.

Bon, heureusement, Ludy va plus loin dans la créativité et garde l’Award de la fraicheur musicale. Voici le lien :

http://www.youtube.com/watch?v=1loJr1RaO0I

Lachronique Antilles

Publicités